fbpx À chaque mois sa plante, janvier : le Zamioculcas | Poullain
Tendances

À chaque mois sa plante, janvier : le Zamioculcas

Partager

Partager sur Facebook

Le robuste Zamioculcas zamiifolia est la plante d’intérieur du mois de janvier. Une plante tendance, élégante et très facile à soigner. Le Zamioculcas pouvant également se contenter de moins de lumière, janvier est un bon moment pour le mettre en avant.

L’histoire du Zamioculcas 
Le Zamioculcas zamiifolia fait partie de la famille des Araceae, les arums. Il s’agit d’une plante vivace avec des feuilles souples pouvant atteindre 40 à 60 cm de longueur. Portées par des tiges épaisses, les feuilles sont lisses, brillantes et vert foncé. La plante peut fleurir mais ne le fait que rarement à l’intérieur, sauf si elle est négligée : c’est alors sa technique de survie. Les fleurs qui ressemblent à l’arum poussent depuis la base de la plante. 
La plante ne fait partie de l’assortiment des plantes d’intérieur que depuis 1996 et n’a pas de signification symbolique. Indestructible, elle est souvent accompagnée très judicieusement de termes comme « robuste », « survivante » et « persévérante ». 

Origine du Zamioculcas
L’environnement naturel du Zamioculcas se trouve dans les sols rocailleux des plaines au pied des montagnes d’Afrique de l’Est. Le Zamioculcas prospère surtout au Kenya, au Zimbabwe, en Tanzanie, au Malawi et à Zanzibar. Sa culture en tant que plante d’intérieur est due à d’ambitieux horticulteurs néerlandais qui, au milieu des années 90, la découvrirent et y virent une plante d’intérieur exotique prometteuse. La culture n’est en soi pas si compliquée mais demande du temps car la plante pousse très lentement. Un environnement chaud et humide accélère le processus.

Conseil de soins
Le Zamioculcas est très résistant et ne demande que peu de soins. 

  • Il peut être placé tant dans un endroit bien éclairé que semi-ombragé. 
  • Une température ambiante de 18 à 22°C est parfaite, la plante supportant mal le froid, même si elle ne le fait pas trop savoir.
  • En revanche, le Zamioculcas a horreur de l’eau stagnante dans le pot. La motte peut légèrement se déshydrater entre deux arrosages car la plante a les propriétés d’une succulente dans ses feuilles et racines et peut ainsi supporter une période plus sèche. 
  • Lui donner de la nourriture pour plantes une fois par mois et vaporiser régulièrement les feuilles avec de l’eau tiède. 
  • Les vieilles feuilles peuvent éventuellement être retirées et la plante en produira de nouvelles si elle a assez de lumière. 
  • Les tubercules ont une force considérable et peuvent déformer les pots en plastique, voire faire éclater le cachepot. Il vaut mieux rempoter le Zamioculcas avant d’en arriver à de telles extrémités.  
  • En été, lorsque la température n’est plus inférieure à 12 °C, la plante peut être sortie sur la terrasse ou dans le jardin. Éviter toutefois de la mettre en plein soleil. 
  • La plante est uniquement ornementale et non comestible.

Copyright : officedesfleurs.fr

Une question ?