Tendances

Insectes auxiliaires, les alliés du jardinier

  • #alliés
  • #insectes
  • #jardinage
  • #protection

Partager

Partager sur Facebook

Plus vous jardinez, plus vous vous rendez compte que les petits habitants du jardin savent tous parfaitement ce qu’ils ont à faire, à tel point que vous sentez parfois même un peu inutile. Trouvons ensemble comment travailler avec vos meilleurs alliés, les insectes auxiliaires, pour le bien de votre jardin. Vous verrez, au fond ce n’est pas plus dur qu’Age of Empires !

Phase 1 : observation

Commençons par un état des lieux des ressources et intervenants de votre écosystème :
● Les plantes : les responsables de la production.
● Les ressources : la terre, les déchets verts, le soleil, l’air, l’eau.
● Les ouvriers du sol : les vers de terre, certains micro-organismes, insectes et mollusques. Ils assurent l’équilibre du sol en le décompactant et en transformant les déchets végétaux en humus.
● Les pollinisateurs : les abeilles, les osmies, les papillons, les bourdons… Les plantes du potager ont pour la plupart besoin d’une pollinisation (rôle pour lequel on ne vous conseille pas de postuler).
● Les gardes du corps : la coccinelle, la chrysope, le carabe… Ils assurent la protection de votre équipe de production végétale contre les attaques rangées de ravageurs.

Parce que oui, d’autres intervenants peuvent entraver le fonctionnement de votre équipe :
● Les adventices : bénéfiques en petite quantité parce qu’elles assurent un rôle de couvre-sol, elles peuvent gêner vos plantes si elles se développent en excès.
● Les ravageurs : les pucerons, les escargots, les limaces…
● Les agents pathogènes microscopiques : virus, bactéries, champignons…

À ce stade de l’étude, vous ne trouveriez pas si injuste d’inclure parmi les nuisibles vos beaux-parents, qui interviennent dans votre potager à coup d’engrais non bio sans vous demander votre avis.

Phase 2 : action

Prenez confiance en vous : vous êtes champion toutes catégories en jeux de simulation, ce n’est pas un petit potager qui va vous faire peur ! Voici comment mettre en place des actions efficaces pour aider vos petits alliés avec ou sans pattes :
● Développer le camp de base en installant vos plantes à un endroit judicieusement choisi, proche des ressources : ensoleillé mais avec des zones ombragées, proche d’une haie brise-vent, dans un sol riche et suffisamment humide.
● Organiser la collecte des ressources : disposer les légumineuses fixatrices d’azote proche de plantes qui en sont friandes, installer des végétaux couvre-sol ou un paillage pour économiser l’eau, apporter du compost, bref, laisser les choses se faire sans trop vous fatiguer…
● Protéger votre territoire : interdire l’accès à beau-papa, mettre des coupelles avec de la bière contre les limaces, installer un grillage pour éviter que vos poules gênent votre chaîne de production, veiller au bien-être de vos gardes du corps hexapodes…

En agissant de concert avec vos auxiliaires, faites passer votre jardin en un rien de temps de l’âge du caillou à l’âge du chou sans vous briser les genoux !

Une question ?