Tendances

L’arrachage après récolte

  • #engrais
  • #motoculteurs
  • #végétaux

Partager

Partager sur Facebook

Amis lombrics, l’heure est grave. La saison de la grande migration annuelle va bientôt démarrer. Les humains ont prélevé tout ce dont ils avaient besoin dans notre lieu de vie, ils vont arracher les végétaux et le grand saccage va démarrer ! L’an prochain, ils provoqueront de nouveaux séismes à coup de râteaux et de motoculteurs pour ressemer des graines et ajouter de l’engrais. Camarades, cette année, ne nous laissons pas faire, expliquons-leur ce que nous, petits ouvriers des sous-sols avons compris depuis bien longtemps.

Laisser les végétaux en place contribue à enrichir le sol.

Chers amis des jardins, depuis longtemps, selon des règles dictées principalement par l’esthétisme, vous piétinez, déterrez et arrachez les végétaux dès la fructification ou la floraison terminée. Nous souhaitions vous faire part de notre rêve d’un monde meilleur, celui que nous partagerions si vous laissiez ces végétaux en place après la récolte :
• Le sol ne serait pas à nu, il serait donc mieux protégé de la sécheresse et de l’érosion.
• Les parties aériennes en décomposition formeraient une litière nourricière sur le sol, et ceci favoriserait le développement des auxiliaires des cultures : vers, insectes, acariens… (oui, bien sûr, nous prêchons pour notre paroisse…)
• La terre serait plus riche : même après la récolte, la plante continue à vivre, donc à produire de la matière grâce à la lumière du soleil et à l’azote de l’air. Au cours de son développement, ses racines libèrent des composés organiques dans le sol : ce phénomène s’appelle la rhizodéposition. Ensuite, les racines en décomposition enrichissent le sol et forment un engrais naturel, d’autant plus s’il s’agit de plantes légumineuses, car elles vivent en synergie avec des bactéries capables de fixer l’azote de l’air, appelées Rhizobium.

Laissez-nous travailler et reposez-vous

Avec ces nouveaux réflexes, le jardinage redeviendra un plaisir et vous pourriez même être surpris de la qualité de vos récoltes à venir :
• Vous n’aurez plus besoin d’ajouter de l’engrais sur vos cultures
• Vous favoriserez le fonctionnement naturel de l’écosystème du sol en évitant le changement brutal de structure et de composition qui nous perturbe tant, nous les lombrics, mais aussi les autres organismes vivants
• Certaines plantes se ressèmeront d’elles-mêmes : vous n’aurez pas à acheter de graines et vous sélectionnerez progressivement des plantes fertiles.

En espérant vous avoir convaincu du bien-fondé de nos demandes, nous levons la séance pour cette fois !

Une question ?