Inspirations

L’intérieur du paresseux : Le minimum vital !

  • #arrosoir
  • #gant
  • #peu exigence
  • #sécateur

Partager

Partager sur Facebook

La trousse à outils du jardinier d’intérieur paresseux

Tailler les rosiers au coupe-ongles, arroser votre basilic avec les fonds de verre à ballon de vos invités, faire raciner vos boutures dans une tasse de thé… Vous dites ne pas avoir la main verte, mais en fait, vous n’êtes juste pas très bien équipé. Paresseux ? Un peu, peut-être, mais vous avez surtout le profil d’un bricoleur pressé, qui trouve des solutions localement avec ce qu’il a sous la main. Découvrez nos conseils pour obtenir de belles plantes d’intérieur avec un minimum d’efforts !

5 outils incontournables pour l’entretien des plantes d’intérieur

Voici le kit idéal pour chouchouter vos plantes d’intérieur :

  • des gants pour se protéger : jardinez couverts !
  • un arrosoir et/ou un pulvérisateur pour les apports d’eau ou d’engrais
  • un sécateur ou des ciseaux adaptés pour tailler les plantes et préparer des boutures
  • un transplantoir : pour mettre du terreau dans le pot, déplacer des plantes ou arracher des envahisseurs indésirables
  • une griffe pour aérer la terre si elle est trop compacte (c’est mieux qu’une fourchette même si ça marche aussi)

Assortissez-les à votre décoration et réservez-leur un espace de choix, à portée de mains si vous voulez y penser, c’est motivant !

Les gestes qui sauvent : formation au secourisme botanique

Le quotidien, nous savons ce que c’est. Au début, c’est le grand amour, puis, vous regardez de moins en moins vos plantes, vous oubliez d’ouvrir les volets… Voici les conseils pour renouer avec vos plantes et vous aider à reproduire les conditions de leur milieu naturel pendant qu’il est encore temps :

  • Il existe des lampes dont le spectre lumineux est proche de celui de la lumière du jour. Certaines sont même programmables.
  • Des solutions d’arrosage automatique, des drains et des réserves d’eau peuvent vous sauver la mise si vous êtes distrait ou pendant vos absences.
  • Réconciliez-vous avec vos hôtes végétaux en leur chantant une petite chanson au creux des feuilles. Parler à ses plantes n’est d’ailleurs pas si idiot qu’on pourrait le penser : une étude scientifique sérieuse a prouvé en 2012 que le maïs cultivé en présence d’un son continu de 200 à 300 Hz développait ses racines en direction de la source sonore. Vos mots doux pourraient bien atteindre leur cible : après tout, les plantes aussi utilisent les vibrations pour communiquer !

S’il est trop tard ou que rien de tout cela n’a fonctionné, optez pour des plantes qui ont peu d’exigences : la violette du cap, le papyrus (noyez-le dans l’eau, il adore), les herbes aromatiques, l’Aloe vera

 

Une question ?