Les bases de la permaculture : l’art de laisser faire la nature

Couper le gazon au millimètre, passer le motoculteur, aligner les légumes au cordeau… le jardinage, c’est un travail de longue haleine. Aussitôt une parcelle nettoyée, il faut recommencer, arroser, désherber, traiter, exterminer les limaces… Stop ! Arrêtez tout ! Prenez une citronnade et mettez-vous à l’ombre : vous semblez avoir besoin d’une pause, nous allons vous raconter une histoire.

Les grands principes de la permaculture

Le concept de permaculture voit le jour aux au milieu des années 70, théorisé par deux Australiens. Au-delà d’une méthode de jardinage, il s’agit d’une façon d’envisager le monde qui repose sur la conception d’écosystèmes durables, écologiques et résilients, en imitant les processus à l’œuvre dans la nature. Élevage, habitat, sources d’énergie, cultures, gestion du paysage… un grand nombre de paramètres sont pris en compte et les applications sont infinies.

Finissez votre boisson, posez ce sécateur, laissez cet escargot tranquille et suivez-nous au potager !

Par où commencer ? Nos astuces pour se lancer

La permaculture n’est pas faite de recettes magiques à appliquer à la lettre. Chaque jardin est différent. Cependant, ces quelques pistes peuvent vous aider à démarrer :

  • Apprenez l’art de mixer les végétaux : l’amour entre certaines plantes produit des résultats surprenants. Mettre en contact des légumes, plantes ou aromates alliés favorise leur croissance ou éloigne les nuisibles.  Comme par exemple les laitues – radis; concombres – choux ou encore basilics tomates etc. N’en faites pas trop, on vous connaît ! Posez les bases et ensuite, laissez-faire les plantes : elles se ressèmeront là où elles se sentent le mieux.
  • Ne retournez pas le sol chaque année : les plantes attirent les mycorhizes, ces petits champignons qui aident à produire une terre toute fine, celle que vous recherchez en vain depuis toutes ces années. Et puis, sans y prendre garde, vous réduisez l’habitat des auxiliaires souterrains du jardin à néant chaque printemps avec ce motoculteur !
  • Misez sur la biodiversité ! Variez les végétaux en privilégiant les plantes locales et multifonctions : verger qui abrite le jardin tout en vous donnant des fruits, plantes aromatiques et mellifères…
  • Désherber ? Quelle idée ! Plantez, créez des allées de jardin végétales, en mâche ou en épinards. Elles préserveront l’aération du sol et éviteront à la terre de se tasser.
  • Appliquez la loi de la conservation de la masse à la lettre : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ! Compostez, imaginez, réutilisez, créez des circuits fermés : le but ? Intervenir le moins possible !

Mais qu’allez-vous faire de tout ce temps gagné ? On vous suggère les confitures : les jardins de permaculture sont reconnus pour offrir un très bon rendement sur de petits espaces !

Une question ?