Tendances

Stop aux pesticides au jardin : des solutions naturelles

  • #engrais
  • #naturel
  • #pesticides
  • #traitements

Partager

Partager sur Facebook

Vous est-il déjà arrivé de vouloir améliorer ou réparer quelque chose et de finir par empirer la situation ? À trop intervenir, nous interrompons ou empêchons des processus qui se feraient très bien sans nous. Nous nous créons des complications en somme. Les pesticides semblent parfois incontournables au jardin, parce que dans la logique dans laquelle nous produisons depuis des centaines d’années, ils font partie d’un cycle, loin d’être vertueux (traitement, engrais, traitement, engrais…). Découvrez des alternatives 100 % naturelles pour un jardin productif et équilibré.

Pourquoi a-t-on inventé les pesticides ?

Les traitements phytosanitaires chimiques ont été inventés dans les décennies qui ont suivi la révolution agricole du XVIIIème siècle, pour améliorer les rendements et stabiliser les niveaux de production. Les plantes étaient devenues plus sensibles aux maladies et aux ravageurs suite à la mise en place de monocultures. Ces produits peuvent avoir plusieurs objectifs :
● Éliminer les insectes phytophages, ceux qui mangent les plantes
● Soigner les plantes touchées par des maladies fongiques, virales ou bactériennes : mildiou, chancre, mosaïque…
● Se débarrasser de certaines plantes considérées comme indésirables
● Augmenter la durée de conservation des produits après la récolte

Dans le même temps, des engrais azotés ont été produits en grandes quantités pour nourrir les plantes et augmenter la productivité.

Des solutions naturelles pour répondre aux mêmes besoins

À l’échelle d’un potager familial, les notions de productivité sont toutes relatives. Perdre la logique qui mène à l’utilisation des pesticides demande d’acquérir quelques nouveaux réflexes :
● Éviter les monocultures : planter différents végétaux pour recréer un écosystème varié
● Installer des prédateurs naturels des ravageurs les plus gênants pour vos cultures : par exemple procurez-vous des larves de coccinelles pour lutter contre les pucerons
● Utiliser des préparations à base de plantes, comme le purin d’orties, qui est à la fois un engrais vert et un antiparasitaire
● Combattre la prolifération des champignons grâce au bicarbonate de soude
● Repousser les insectes nuisibles en pulvérisant du savon noir sur les feuilles
● Verser de l’eau bouillante ou du vinaigre blanc sur les mauvaises herbes

L’instinct le plus difficile à combattre est la notion de propriété, qui fait l’orgueil des jardiniers : cette limace mange vos salades, cette taupe a dérangé vos plantations, etc. Les divers habitants de votre jardin n’ont pas réglé leur loyer (quoique…) mais ils sont chez eux tout comme vous. Rien ne vous empêche de planter 3 rangées supplémentaires de salades pour nourrir des insectes et limaces qui feront la joie de Nestor, votre hérisson. L’important est d’intervenir le moins possible, pour que chaque élément de votre écosystème puisse agir à son rythme, vous verrez, c’est un mode de pensée gagnant-gagnant !

Une question ?